Burn-out et dépression sont des pathologies très proches qu’il est facile de confondre. En effet, les symptômes sont globalement identiques : découragement, tristesse, fatigue émotionnelle et/ou physique… Pourtant, ces deux états mentaux sont très différents de par leur contexte d’origine.

Le burn-out

Le terme burn-out apparaît dans les années 1970. À l’origine, il est issu de l’industrie aérospatiale. Il désigne une fusée qui décolle et dont le carburant vient à s’épuiser, avec comme conséquence la surchauffe du moteur et le risque d’explosion de l’engin. De la même manière, “burn-out” est utilisé en psychologie pour désigner l’épuisement psychologique progressif que subissent des travailleurs éprouvant un stress chronique.

Bien que réel, le burn-out ne figure aujourd’hui dans aucune des classifications des troubles mentaux. Il est absent des deux grandes nomenclatures internationales de référence : le DSM-V (5e édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) de l’American Psychiatric Association et la CIM-10 (10e révision de la Classification internationale des maladies) de l’OMS. Le burn-out est alors souvent diagnostiqué comme une dépression, bien qu’il présente des différences.

Quelles différences entre burn-out et dépression ?

Tout d’abord, le burn-out correspond à un état de fatigue intense et de grande détresse causé par le stress au travail. Là où la dépression peut être causée par d’autres facteurs, tels que le stress dans le foyer familial, à l’école… Le lien avec la vie professionnelle est au coeur du burn-out. Le travailleur va rapidement éprouver la sensation que son travail n’a plus de sens, qu’il agit comme un robot. Avant d’en arriver à ce point, il se sera souvent impliqué de façon excessive dans son travail, le mettant au premier plan de sa vie. C’est pourquoi, lorsqu’un arrêt maladie lui sera imposé, le travailleur le vivra probablement comme une contrainte et non un soulagement, à l’inverse d’une personne dépressive.

Une hormone à l’origine de cette différence

D’un point de vue scientifique, burn-out et dépression peuvent se distinguer par une hormone sécrétée par le corps humain : le cortisol. Des chercheurs suisses notamment ont montré qu’une diminution de la production de cortisol allait de pair avec le burn-out. A l’inverse, les personnes souffrant de dépression produisent trop de cortisol. Cette hormone a une importance considérable, puisqu’elle interagit avec d’autres hormones. Elle a par ailleurs pour spécificité d’atteindre rapidement le cerveau, en particulier les zones responsables de l’apprentissage et de la mémoire. En ce sens, elle peut modifier largement les capacités d’un individu.

Une solution commune au burn-out ou dépression

Que vous souffriez de dépression ou de burn-out, il est important que vous preniez conscience de ce qui se passe à l’intérieur de vous pour pouvoir surmonter vos difficultés. Ce chemin est souvent difficile à entreprendre seul. C’est pourquoi, un psychologue ou psychothérapeute peut vous accompagner sur celui-ci. Il est parfois difficile d’accepter cette aide, mais elle peut être bénéfique. De nombreuses formes de psychothérapie existent et ont prouvé leur efficacité. Votre psychologue est également là pour vous conseiller sur la thérapie la plus appropriée à votre situation. Dès lors, n’attendez plus, franchissez le pas.

Pin It on Pinterest